lundi 3 février 2020

Février commence fort.







Lundi 3 février et 23 degrés !

Visite chez le toubib à 15h30 ça coupe l'aprèm...

Mais vous avez bien lu 23° cet après-midi et ce malgré un soleil ni trop haut, ni trop virulent.
Pas d'humidité, alors ne boudons pas notre plaisir : petite séance peinture.

Reprise du crème sur les plastiques. Ce ne fut pas concluant cette fois non plus. 
On commence fort : pendant la peinture du cache carbu, la bombe me balance une giclée de petits morceaux de "peaux de peinture", comme ceux que l'on trouve au fond des vieilles boîtes !
Content le Alain...
Ensuite c'est la peinture qui, par endroits, frise de manière inexpliquée sur des parties déjà peintes et intactes. Donc résultat pas très réjouissant.
Sur la photo c'est presque beau, on restera là-dessus.



J'incrimine la qualité de la peinture et me fais du souci pour les parties métalliques.
J'essaierai d'en savoir plus auprès du fabricant de Dordogne, mais sans me faire d'illusions, ce sera de ma faute : préparation, humidité, fraîcheur, poussière, vent, météorite, satellite, drone, coronavirus, grippe, brexit, ondes maléfiques, peut-être même termites... 😂😁

Bref, de désespoir plutôt que de me jeter dans le lac je repeins la roue arrière.
Là c'est réussi, peinture centre auto :


Puis je remonte les ressorts de selle. En effet la housse (commandée hier en Thaïlande) est en route, si c'est comme d'habitude je devrais la recevoir très vite.



Mercredi 5 février, la housse de selle devait être livrée aujourd'hui, DHL m'a envoyé un sms, mais je l'attends toujours à 18h15 il m'étonnerait qu'elle se pointe ce soir.
Pourtant j'avais fixé la mousse sur le socle, snif...
Là c'est plus un hérisson qu'autre chose !


J'ai donc remonté le système de pignon/roue libre sur la roue arrière.
Voici des photos de l'opération, il y a plusieurs rondelles à ne pas intervertir entre elles. 
La parts-list sera utile pour ce faire. Leur sens de montage est guidé par des "oreilles détrompeuses", pas moyen de les poser à l'envers.

D'abord le moyeu tenu par 5 vis elles-mêmes bloquées par une couronne arrêtoir.


Puis les deux petits cliquets dont le clip de maintien se bloque dans ce trou.


Ensuite le pignon qui s'emboîte sur les cliquets,


il est tenu par une grosse rondelle et un circlip.


 De ce côté viendra... le moteur !


Jeudi 6 j'ai transformé mon hérisson de selle en un machin plus présentable ! La housse est arrivée comme prévu, c'est moi qui m'étais trompé de jour...

Après l'avoir laissée bien se chauffer au soleil derrière la vitre, elle a gagné en souplesse.
Il suffit alors de la tendre sur le socle, le plus difficile c'est de bien la positionner, si on peut parler de difficulté... Pour ce faire on se sert du logo Honda qu'il suffit de centrer entre les ressorts.


 Lors de la mise en place, il convient de ne pas tirer comme un sauvage car ce n'est pas l'épaisseur de la housse d'origine, alors soyons raisonnable.


Maintenant elle est en place comme il se doit, je la laisse se tendre jusqu'à demain puis j'agraferai la housse sur les picots d'origine, c'est tout.


Le frein avant est monté dans le flasque, on n'oubliera pas la couronne d'entraînement du compteur et on vérifiera son fonctionnement avant de monter les garnitures.


Je pose ensuite fond de jante, chambre à air et pneu. J'avais tout ça en magasin comme neuf. Il est fort dommage que le cerclage de jante soit si piqué, si moche. C'est typiquement le genre de pièce que je chinerai sur internet ou en bourse, mais ça ne court pas les rues.
Cela dit, vu de loin ça fait illusion même si le levier de came fait un peu tache à cause du moyeu peint. Sur l'autre p50 je l'avais décapé et poli, c'était davantage assorti.



Vendredi 7 on a fini la selle, enfin quand je dis on...
La housse est de bonne facture et le résultat tout à fait satisfaisant, du moins ça me va !
Quoique la mousse soit d'origine donc avachie, la housse s'est assez bien tendue.


 Ici on voit les éléments constitutifs de la selle. Les deux caoutchoucs de devant sont très fatigués mais plus du tout disponibles, ils repartent donc pour une autre vie...


La voici terminée !




Pour travailler sans risque pour le dos, j'avais une table élévatrice. Celle-ci depuis cinq ans de bons, loyaux et surtout très nombreux services devait être réparée.
Trop petite ce fut l'occasion d'en changer pour une plus grande.
Arrivée le 24 novembre la nouvelle table était défectueuse et ne fonctionnait pas à cause d'un tout petit ressort cassé. En service après vente, le marchand m'a fourni plusieurs pièces dont un vérin neuf mais pas le petit ressort ! A force d'attendre une solution improbable, j'ai un peu perdu patience et l'ai renvoyée. Je ne vous raconte pas le chantier pour remballer ce truc qui pèse 143 kg.
Je ne m'en suis pas mal sorti pour reconstituer la caisse d'emballage !


Une quinzaine de jours sont passés et j'ai reçu jeudi ma table réparée et même montée.
En plus figurez-vous qu'elle fonctionne ! Croyez-moi, un machin comme ça vous change la vie...


Mercredi 12 février le travail sur monsieur p50 n'avance pas beaucoup. D'autres travaux sont prioritaires et puis il ne me reste guère que la peinture : ce ne sera qu'aux beaux jours maintenant. Toutefois je vais continuer et terminer les petits travaux.
Le réservoir va être bien nettoyé extérieurement puis traité intérieurement en début de mois prochain. Le robinet est démonté, il faudra le préparer et le bouchon sera poli.
Demain je dois recevoir le pneu arrière.


Dimanche 16 février et bien chers lecteurs nous n'avançons pas bien vite. J'ai quand même monté le pneu arrière neuf. Après, il fait si beau que je profite des extérieurs...

Voici la roue prête à recevoir son moteur, mais pour la commodité elle attendra un peu  !



Le pneu digne d'une bécane de circuit.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire